AccueilRachat de prêtSurendettementRegroupement de créditRachat de prêt immobilier
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.


La présidente du Medef, Laurence Parisot, avait déjà, vendredi dernier, appelé les banques à plus de responsabilité envers les entreprises dans cette crise financière.

Elle déclarait à la presse : « Ce que nous constatons aujourd'hui (...) c'est ce que j'ai appelé une forme de petite maltraitance des agences bancaires locales à l'égard des entreprises, et notamment des petites entreprises », comme « un leasing pour une voiture de direction qui n'est pas renouvelé, sans aucune raison objective, ou encore la suppression d'une carte business sur un compte qui n'était pas même en découvert ».

Ce comportement des banques est inquiétant. Tous, économistes, gouvernements, s'accordent sur le fait que la relance du crédit est indispensable à une relance économique pour sortir le plus rapidement de cette crise.

Et le Medef ne s'arrête pas là. Aujourd'hui, Laurence Parisot, à sa conférence de presse mensuelle, a annoncé une situation économique « objectivement très préoccupante ».
Malgré une hausse du PIB de 0,14% au troisième trimestre, qui permet à la France de ne pas être en récession*, Laurence Parisot note plusieurs points inquiétants. Tout d'abord le secteur industriel est en récession. Ensuite, l'emploi salarié a baissé au deuxième et troisième trimestre de l'année. Certains secteurs sont particulièrement touchés comme la construction, l'automobile ou encore l'intérim. Le déficit commercial de la France atteint des « chiffres vertigineux ». Les indicateurs de rentabilité et de trésorerie des entreprises se dégradent. Les délais de paiement s'allongent considérablement. Et les banques continuent à durcir le crédit : « Aujourd'hui, il y a une décélération de 50% des volumes de crédit accordés aux entreprises et ce en neuf mois, ce qui pèse considérablement sur les investissements ». La liste est longue !

Laurence Parisot annonce donc qu'elle tiendra dans quinze jours une conférence de presse exceptionnelle, avec toute l'équipe économique du Medef, pour donner « nos recommandations en matière de politique budgétaire et de politique européenne pour participer à la relance de nos économies ». Elle précise dès maintenant que la relance doit se faire en stimulant la production pour éviter les fermetures et les délocalisations, et non par la consommation.

Le gouvernement a mis en place un médiateur du crédit, René Ricol, qui est chargé de s'assurer que les banques respectent bien leurs engagements dans l'octroi de crédits aux PME. Mais qu'en est- il de celles qui ne le font pas, des sanctions existent-elles ? Le gouvernement devrait rapidement réagir car nous voyons bien que les banques continuent à avoir un comportement irresponsable ! De plus, à défaut de plan de relance économique européen, il faudrait peut-être penser à annoncer le français !



*Pour être en récession, un Etat doit avoir, deux trimestres consécutifs, eu une baisse de son PIB. Le deuxième trimestre de cette année avait eu un résultat négatif avec une baisse du PIB de 0,3%. C'est pourquoi cette hausse du PIB, au troisième trimestre, évite à la France d'être en récession.

 


» Retour