AccueilRachat de prêtSurendettementRegroupement de créditRachat de prêt immobilier
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Jeudi et vendredi dernier, s'est tenu, à Paris, un colloque «nouveau monde, nouveau capitalisme»...


Jeudi et vendredi dernier, s'est tenu, à Paris, un colloque « nouveau monde, nouveau capitalisme » réunissant un grand nombre de personnalités européennes, comme Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Tony Blair, des ministres ou anciens ministres de tous les pays d'Europe, ou encore des prix Nobel d'économie.

Le sujet était clair. Le système financier mondial doit être régularisé et réformé. Rappelons que les institutions de surveillance datent du milieu du 20ième siècle, dans un monde où la seule monnaie forte était le dollar! Le monde a changé, ces institutions doivent donc être réformées.

La responsabilité de la Chine à été mise en avant, Angela Merkel rappelant que «les colossaux excédents monétaires chinois ont constitué à la longue un facteur d'instabilité» et Tony Blair qu' « il est crucial que le monde occidental épargne plus et que la Chine dépense plus».

Les pays industrialisés ont, eux aussi, été montré du doigt, eux «qui ont vécu pendant trop longtemps au-dessus de leurs moyens en empruntant sans créer de contre-valeur» explique Angela Merkel.

Cette réunion précède celle du G20, qui aura lieu le 2 avril à Londres. Et, Nicolas Sarkozy s'est montré ferme face aux américains, «J'ai toujours été partisan dans ma vie politique d'une alliance très proche avec les Etats-Unis d'Amérique, mais que les choses soient claires : au XXIe siècle, il n'y a plus une seule nation qui peut dire ce qu'il faut faire ou ce qu'il faut penser».

François Fillon a donné vendredi dernier, à la fin du colloque, la liste des points à régler dans ce grand projet de régularisation du système financier. Des questions comme la rémunération des banquiers seront aussi à l'ordre.

Tony Blair a rappelé que la créativité ne devait pas être mise à mal par ces réformes, «nous avons encore besoin de créativité, de personnes qui aient des idées pour bâtir un meilleur avenir, y compris sur les marchés.»

 


» Retour